top of page

Quelques outils à mettre en place pour aider à un accouchement rapide

"Le processus d'accouchement est un processus cérébral. Pendant l'accouchement, la partie active du cerveau est la partie primitive, ancienne, celle que l'on a en commun avec tous les autres mammifères. C'est le cerveau primitif qui doit sécréter les hormones nécessaires aux contractions utérines efficaces. Comme au cours de tout évènement de la vie sexuelle, l'activité de ce cerveau peut être inhibée. Ces inhibitions viennent du nouveau cerveau, du néocortex, du cerveau nécessaire à l'approche scientifique, rationnelle, au langage. La sécrétion des hormones nécessaires au déroulement de l'accouchement normal s'accompagne d'une réduction de l'activité de ce nouveau cerveau. C'est pourquoi à un certain stade de l'accouchement dit physiologique, la plupart des futures mères donnent l'impression de se couper du monde et de partir sur une autre planète. Elles changent d'état de conscience. Ce changement d'état de conscience est nécessaire à l'équilibre hormonal. C'est pourquoi on peut arrêter le progrès d'un accouchement en demandant à la future mère son numéro de Sécurité Sociale, c'est-à-dire en stimulant son néocortex."

(Extrait de Le bébé est un mammifère de Michel Odent - 1990)


Sachant cela, si l'on veut optimiser les chances d'avoir un accouchement rapide, le besoin de base d'une femme qui accouche est d'être PROTÉGÉE: protégée de tout ce qui peut stimuler son néocortex, de tout ce qui peut attirer son attention (par exemple, se sentir observée ou se sentir en danger).


Il peut paraître difficile de concilier les protocoles d'un accouchement  en maternité avec ce besoin primaire de protection de la mère.


D'où le rôle majeur que peut jouer l'accompagnant•e de la future mère lors de l'accouchement pour:

  • Retarder son arrivée à la maternité quand il n'y a pas d'urgence.

  • Se charger au maximum des interactions avec le personnel soignant (projet de naissance, questions de routine, etc) et si possible à l'écart de la maman.

  • Privilégier le silence.

  • Privilégier l'obscurité ou les lumières tamisées (ne pas hésiter à apporter sa propre veilleuse LED à la maternité).


Vous saviez que votre accompagnant•e pouvait jouer un tel rôle?


Quelques conseils pour faciliter un accouchement rapide.
Photo de Lisa Sorgini


34 vues0 commentaire

コメント


bottom of page