top of page

Accouchement dans l'eau: mode ou réelle utilité?

Lors d'un accouchement dans l'eau, la douleur de la future maman est apaisée par l'effet antispasmodique et relaxant reconnu de l'eau réglée en permanence à 37°C.


Pour le bébé, après neuf mois passés dans le liquide amniotique, ce sas de transition favorise une arrivée en douceur et en toute sécurité. Sans contact avec l’air, il peut rester jusqu’à une minute sous l’eau car il reçoit l’oxygène dont il a besoin par le cordon ombilical qui le relie encore à sa maman.


Le premier à avoir expérimenté les accouchements dans l'eau en maternité en France est le Dr Michel Odent au début des années 70 à la maternité de l'Hôpital de Pithiviers.


Il explique que le moment de l'immersion dans l'eau au cours du travail et sa durée sont très importants et peuvent aider la progression d'un accouchement. Son expérience lui a même permis de développer le test de la piscine:

« Quand une femme en plein travail entre dans la piscine et s’immerge dans l’eau à la température du corps, la dilatation habituellement progresse de façon spectaculaire pendant une ou deux heures. Si une dilatation bien avancée reste stable en dépit de l’immersion dans une atmosphère intime, il est permis de conclure qu’il y a vraisemblablement un obstacle majeur et il est sage de faire une césarienne en cours de travail sans urgence. »


Michel Odent a développé à Pithiviers des recherches très originales en vue d'une naissance différente dès les années 60: il lance le concept d'accouchement en salles de naissance « comme à la maison », pénombre, naissance dans l'eau, liberté de position, bébés kangourous, groupes de chant, etc.


De nos jours, la plupart des maternités sont équipées de salle nature avec baignoire. Vous seriez prête à tenter l'expérience?


Accoucher dans l'eau
Photo Vanessa Mendez

Commentaires


bottom of page